rapports d'Assemblée génerale

rapport d'activité 2022 et composition CA : Rapport activité 2022AG7fevr.pdf

rapports financiers :rapports financiers26.pdf

Orientations pour les 9, 6 et 3 ans à venir : rapport orientations AG 26février.pdf

 dans le rétroviseur : 2022 (développé dans le rapport d’activité)

L’année 2022 fut particulièrement difficile, notamment :

- invasion de l’Ukraine, avec toutes ses conséquences

- élection présidentielle et législatives (un député RN sur la circonscription d’Audincourt)

- sécheresse et canicule, avec des pertes « énormes » de production pour les maraîchers et jardiniers avec l’arrêt de Vincent

- augmentation des prix alimentaires et de l’énergie, pour les ménages, avec une baisse de la clientèle pour les produits bio et locaux.

 

cependant des signes d’espoirs et du positif :

-l’installation de trois nouveaux maraîchers :
Julien de Poli les Jardins du pont Sarrazin à Vandoncourt :
Laura et Laétitia,
du Champ de l’arbre à Montbéliard

démarrage de Julien Baron, à Cour Saint Maurice

- des candidats pour l’espace test de maraîchage à Audincourt

- l’ouverture du magasin de consom-acteurs Court circuit à Voujeaucourt

- le recencement de 755 hectares disponibles, dont 130 ha de maraîchage, qui permettraient, en théorie, d’installer 86 maraîchers

- l'engagement de 55 amapiens et de 7 producteurs, des actions de soutien

 

Une ambition avec comme objectifs à long terme d'assurer 20% d'autonomie notamment en légumes, en installant 65 maraîchers.

  • Assurer une sécurité alimentaire

  • Contribuer au développement d'une agriculture locale, paysanne et agro-écologique

  • Produire une alimentation saine, accessible pour tous.

 

Permettez une comparaison : nous somme un corps dont tous les organes sont liés

des pieds, bien ancrés dans le sol, à la tête dans les étoiles.

- nos deux pieds bien ancrés dans la terre : accéder à la terre, la rendre fertile,

-nos deux bras : le soutien concret aux maraîchers par l'Amap, les actions jardins,

- notre voix, pour se faire entendre des politiques et autres décideurs

- notre tête, pour commencer à organiser une filière maraîchère, locale, agro-écologique,

-une bouche : pour assurer une sécurité alimentaire pour tous,

et surtout un coeur, gros comme ça : angoissé, partageux, amical, joyeux…

 

à partir de nos actions de consom-acteurs menées depuis bientôt dix ans , que nous allons bien entendu poursuivre et améliorer : l’Amap, les recherches de terrains, le soutien aux jeunes maraîchers, les actions jardins, (nos pieds, nos mains)

Nous proposons de changer d’échelle, de ne plus rester à la marge, pour apporter des réponses aux crises actuelles et à venir.

Nous nous proposons de rester dans notre démarche d’agriculture paysanne agroécologique, qui reste, quoiqu’en disent les tenants de l’agrobusiness, la seule capable de nourrir la population sainement en respectant la terre et qui est la seule à ne pas augmenter les risques de dérèglements climatiques.

 

Pour cela, nous devons nous fixer des objectifs nécessaires, ambitieux, réalistes :

Objectifs à long terme (9 ans) : atteindre 20 % d’autonomie alimentaire , notamment en légumes, en installant 65 maraîchers.

- Objectifs nécessaires du fait des changements climatiques et des risques de pénuries

- Objectifs ambitieux il nous fait sortir de notre action à la marge, il faut donc changer d’échelle.
Il importe alors que cette priorité,
faire vivre l'agriculture et l'alimentation de qualité sur notre territoire, soit inscrite dans les politiques locales, pour répondre à ce besoin essentiel qu’est l’alimentation à l'identique de l’accès à l’eau, à l’école, à la culture... 

- Objectifs réalistes :

- L’étude de l’ADU (Agence De développement Urbain ) a recensé en 2022, 383 terrains potentiels, qui représentent au total 755 hectares, dont 130 ha de maraîchage, (parmi ceux ci, 30ha sont propriétés des collectivités) qui permettraient, en théorie, d’installer 86 maraîchers (1.5ha par maraîchers). Cet outil de recensement n’est que le premier maillon de l’accompagnement à l’installation de porteurs.

- Le potentiel agricole actuel de PMA (SAU) est de 11 000 ha.

 

  • L'outil Parcel, développé par la structure Terre de liens, permet de chiffrer les besoins pour atteindre 20 % d’autonomie alimentaire qui nécessite 10 779 ha avec des critères alimentaires de : 100 % bio, moitié moins de viande, 100 % de réduction gaspillage

  • pour les légumes 180 ha sont nécessaires avec 65 maraîchers (temps plein)

pour les fruits 461 ha sont nécessaires avec 59 arboriculteurs (temps plein)

les SAU des céréales peuvent assurer 33% des besoins actuels,

les SAU dédiées à l’ élevage peuvent assurer 46 % des besoins actuels.

Nous nous inscrivons dans la dynamique du PAT, plan alimentaire territorial de PMA qui fixe le cadre institutionnel dont celui de la structuration des filières. Notre action concerne prioritairement l’organisation de la filière maraîchère.

 

Dans cette filière, ce sont les maraîchers qui sont au cœur, mais ils ont besoin de notre soutien, le nôtre, celui des collectivités, bref, celui de la communauté . Nos objectifs sont ambitieux, aussi nous nous proposons de co-construire cette filière en commençant petit, et tout de suite.

Ainsi, pour 2023, 

c’est le projet de maraîchage au Prédaim à Audincourt qui commence en juin avec Laetitia et Florent

C’est l’apport de broyat

C’est la recherche d’eau par un sourcier, pour faire un forage.

C’est la recherche de 6 autres terrains parmi les 36 ha recensés par l’ADU, qui sont propriétés des communes, pour installer 2 autres maraîchers.

Ce sont les premières rencontres avec les maraîchers, pour commencer à s’organiser, avec l’aide de Court Circuit, dans la vente et la recherche de nouveaux créneaux

Vous trouverez sur notre site, les articles des actions du collectif

Rédigé par Édouard le - Classé dans : Actualité-CR - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot snjk ? :