etre des soigneurs de terre

dimanche, 20 sept, j'ai éte invité à une journée fraternelle organisée par  l'association interreligieuse du Nord franche comté. avec comme logo la "coccinelle : Edouard

le diaporama ; "soigneurs de terre"

 

la Coccinelle est un compagnon idéal du jardinier

La petite coccinelle, en se nourrissant de pucerons, nous en débarrasse mieux que n’importe quel pesticide et elle participe à l’équilibre de la biodiversité….

C’est donc à partir de mon témoignage de jardinier que je vais essayer de donner à tous, grands et petits l’envie d’etre des soigneurs de terre et des hommes..
Je vais témoigner , modestement

- de ma pratique personnelle de jardiner naturellement avec des moyens simples en s’appuyant sur la vie du sol en imitant la foret , les associations de plantes ‘les carottes aiment les fraises’

- de ce que font les bénévoles du champ à l’assiette : l’Amap, les chantiers participatifs , qui aident des chercheurs de terre, à s’installer (comme Paul, Brice), qui participent aux marches climat, qui proposent des projets alternatifs comme celui d’un maraîchage au collège de Bethoncourt pour alimenter la cantine et de sensibiliser les élèves à la terre , la bonne alimentation de saison , locale, bio, etc.…

Cette animation, nous la voulons joyeuse, participative : pas question de donner des leçons , juste des pistes qui redonnent confiance, le moral pour s’engager personnellement, pour changer ses habitudes, pour manger durable … avec quelques diapo, mais surtout un jeu de la terre à l’assiette et un moment de partage et un chant « un arbre qui grandit » pour «  transformer le monde. Avec tous ceux qui sèment (s’aiment) »…….

encart : Pendant le temps d’échange, nous allons chercher des pistes d’actions «  Moi, comment je peux agir ?

À titre d’exemple (celui de la mission alimentation de la FNE)« Parce que le contenu de mon assiette a d'immenses répercussions surla biodiversité, le climat, les océans, les déchets ou encore ma santé, je vais traquer les astuces, tester des recettes, chasser les emballages, dénicher des fournisseurs plus locaux, décoder les étiquettes, essayer, ré-essayer, cuisiner… mais surtout, prendre du plaisir dans mes avancées.Et prouver que manger durable est loin d'être impossible. »

contact ; edescou@champalassiette.fr

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot hrbj ? :