plan alimentation territorial

PMA a engagé une dynamique participative qui concernent tous les acteurs volontaire pour élaborer un plan alimentation territoriale .

Le collectif "du champ à l'assiette participe activement à ces travaux,  aux cotés d'autres acteurs .

dans cette rubrique  , vous partageons certains dossiers sur lesquels nous avons travaillé :

la priorité est de préserver des terres nourriciéres afin de permettre des installations de paysans, notamment des maraichers. un des leviers seraient de se servir des cantines scolaires . Nous mettons donc en ligne un début de dossiers  à enrichir  : en écrivant  à

en lien ; le dossier ; installations et cantines scolaires :https://share.orange.fr/#xJIafiSdnL3381a06156
vous y trouverez la lettre pétition  sur "préservons les terres nourricieres "( cidessous)

le dossier  d'un écopole alimentaire, avec des microfermes de Cocagne : https://share.orange.fr/#g5u5uN9DWh3381a060e3

contact ; edouard descourvieres ; edescou@champalassiette.fr

  L e Collectif du Champ à l'assiette aux élus de PMA: juin 2018

Dans le cadre de la préparation du plan climat air eau territoriale (PCAET), et du plan alimentaire territorial (PAT), nous en profitons pour faire cette contribution :

PMA « souhaite être exemplaire en matière de lutte contre le changement climatique, valoriser les initiatives locales, recueillir les propositions des citoyens et développer de nouvelles pratiques pour réduire la facture énergétique et la vulnérabilité au dérèglement climatique. »Nous pensons qu'agir en faveur d'une agriculture respectueuse de l'environnement s’inscrit dans cet objectif.

Il s'agit d'installer de nombreux paysans biosur les meilleures terres agricoles de l'agglomération, ceux qui pratiquent une agriculture moins gourmande en énergies fossiles, qui restaurent et augmentent la fertilité des sols, et vivent dans des fermes à taille humaine donc aisément transmissibles. Il serait aussi souhaitable de mettre en place une concertation avec les agriculteurs en conventionnel, afin de leur proposer des solutions techniques et financières pour une conversion en agriculture biologique.

Pour assurer un débouché local et pérenne à ces nouveaux paysans ainsi qu'à ceux déjà installés il faudrait développer la restauration collective 100% bio (dans les écoles, les EHPAD, les repas distribués par les CCAS)

Les bénéfices pour l'environnement seraient nombreux : moins de pollutions dans les rivières et les nappes phréatiques, préservation de la biodiversité, préservation des insectes pollinisateurs.

Pour ce faire il faudrait, que les terrains agricoles encore préservés de l'urbanisation ou de l'accaparement par des agriculteurs productivistes soient recensés et proposés aux porteurs de projet en agriculture biologique.

Dans ce sens, pour le maintien d’une agriculture viable et de qualité, la réduction de la consommation des surfaces agricoles est un enjeu majeur.

Qui plus est, les surfaces agricoles, qui ne sont pas seulement un espace de production,doivent également être considérées comme un bien collectif, aux fonctions multiples(économiques, environnementales, paysagères et sociales), et dont la disparition est irréversible.

 

L'atlas cartographique numérique (Mode d'Occupation des Sols) élaboré par l'Agence d'Urbanisme fait apparaître par exemple 19ha qu'on connaît pour être des terres de très bonne qualité sur la commune de Bethoncourt. C'est une chance que cet espace ait été épargné par l'urbanisation. Ils constituent une richesse à ne pas laisser perdre.

Rappelons-nous que sur les 642 ha artificialisés entre 2001 et 2013 dans l'agglomération 68% (425 ha) ont concerné des espaces agricoles. Il est temps d'arrêter l'hémorragie.

50 à 70% des solutions pour le climat se situent à l'échelle locale !
Au delà des mobilisations citoyennes, nous tenons à rappeler à nos élus l'importance de leur engagement dans le processus de lutte contre le changement climatique. Pour preuve, on peut remarquer que les villes et villages en transition le sont à l'initiative des conseils municipaux voire des maires de ces communes...

 

 

 

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot sbigc ? :